Closing… La peur n’est pas coutume: merci Mme Montessori !

Allez hop ! C’est cadeau :

J’offre un café à celui ou celle qui trouve le lien (sans tricher ; – ) entre Sergey Brin (Google), Larry Page (Google), Jeff Bezos (fondateur d’Amazon.com), Jimbo Wales (fondateur de Wikipédia), ou encore le musicien Jeff Buckley…

Sortez vos bons de commande

Lors d’une précédente publication, je faisais allusion à la crainte ressentie lors d’une sortie de votre zone de confort, mais aussi à la prise de risque, et à l’expérience dans le renouvellement. Suite à de récents accompagnements, je me suis rendu compte qu’au moment de la conclusion (Cf.: Closing, l’aptitude la plus importante de toute), beaucoup avaient encore une appréhension, ce malgré toutes les batailles gagnées durant la négociation ! Aucun signe particulier ne pouvait justifier la crainte, pourtant, elle était bien là. Pourquoi ? La crainte se limite-t-elle au closing ? Est-elle ressentie lors de l’échange à des étapes-clé ? Et si nous jetions un petit coup d’œil du côté de votre système de « punition vs. récompense » ? Ouvrons le laboratoire commercial et commençons: « scalpel…  » [protected]

Soyons tous E.A.P. – “Entrepreneurialo-Athlético-Pédagogue”(si si…)

CLAIREBLONDELClaire Blondel. Une découverte durant le TEDx de Lyon (je vous invite d’ailleurs à visiter le lien (en bleu) afin de visionner son “TEDx Talk”). Mère de 2 enfants, Ingénieure Qualité, une athlète, Claire est littéralement passionnée par l’éducation et l’échange pluriculturel. Française, elle vit et travaille en Asie depuis un peu plus de 8 ans. Années durant lesquelles elle découvre de long en large 4 pays et donc 4 cultures (un article lui sera dédié très prochainement…) ! Au Japon, ses filles eurent la chance de fréquenter l’école Montessori de Tokyo. Claire fut littéralement convaincue de la pertinence et de l’efficacité de la méthode éducative Montessori. Mais pour être plus à propos et vous permettre de mieux cerner le sujet, permettez-moi un bref voyage dans le temps…

1899 – Un peu d’histoire palsambleu !

Contexte: Mai 1899Luigi Pelloux propose un nouveau règlement parlementaire, l’introduction de la « guillotine » et prépare dans le même temps une série de projets de lois contre les privilèges des oligarchies économiques et financières. Un peu plus tard, l’Italie s’oppose à la participation du Pape à la première conférence de la paix à La Haye. Le 11 juillet 1899, Giovanni Agnelli crée FIAT à Turin. Toujours la même année, Maria Montessori, première femme médecin italienne diplômée 3 ans plus tôt, intervient au congrès de pédagogie de Turin. Guido Baccelli, Ministre de l’Éducation de l’époque, lui demandera, d’ailleurs, de faire plusieurs conférences à Rome.

Avec le temps et surtout beaucoup de persévérance, Maria Montessori sera mondialement reconnue pour ses méthodes pédagogiques.

L’estocade Montessorifencing-91406_1280

En France, notre aspect cartésien (Descartes) nous pousse à concevoir l’échec comme un mauvais usage de notre volonté. Kant aurait plutôt tendance à nous emmener vers une mauvaise utilisation de la raison. Dans tous les cas de figure, nous sommes dans l’erreur, et ça, notre système d’apprentissage nous le démontre rapidement, dès la plus tendre enfance. Ainsi se crée un sentiment d’insuffisance et de frustration culpabilisatrice chez la plupart d’entre nous… Mais revenons-en à notre question de départ:  quel est le point commun entre Sergey Brin, Larry Page, Jeff Bezos, Jimbo Wales, et Jeff Buckley ? Ils ont tous évolué dans le cadre pédagogique d’un institut Montessori !

Claire Blondel a raison !

 » A l’école, il faut accumuler le plus de points sur 20 et atteindre la première place. Le droit à l’erreur ? Inexistant! C’est particulièrement vrai dans le système éducatif français, semblant être fondé sur la peur de l’échec: faire une erreur, c’est être inférieur aux autres. Faire une erreur équivaut à ne pas être dans la normalité ! « 

Pour le passage de main et revenir sur notre métier de commercial, je vous pose une question simple: avez-vous déjà eu peur d’échouer lors de votre rendez-vous ? Si si, soyez honnêtes… La plupart répondront d’ailleurs par l’affirmative (n’est ce pas ?), les autres ne sont tout simplement pas honnêtes.

Aussi, l’objectif n’est pas d’éradiquer la peur, mais de la maîtriser et de l’utiliser pour augmenter votre degré de réactivité, de créativité, d’efficacité. Comprendre la provenance de vos appréhensions sera donc stratégique! Vous avez suivi des cours en HEC ? Vous avez été formé par un commercial à l’ancienne ? Vous êtes autodidacte et vous avez réagi comme on vous l’a toujours enseigné lorsque vous étiez sur les bancs de l’école ? Les situations se ressemblent car toutes fonctionnent en mode binaire: sortez de là !

Un principe ternaire permet non pas de faire taire le duel, mais bien d’utiliser son énergie afin de créer une nouvelle réalité propice à l’évolution et à la réussite.

charb_crayon-slogan-400Culture, culpabilité et mathématiques

«Toute chose est nombre » dit Pythagore.

1 + 2 = 3 et 5

La culpabilité issue d’une erreur ou d’un échec provoque un sentiment d’infériorité face à une situation jugée comme brutale. Ce sentiment est parfaitement naturel (comme la réussite d’ailleurs). Et si je vous disais que ce sentiment/émotion est uniquement une affaire de culture ? Vous en voulez un exemple? Partout dans le monde, la culpabilité naît de la peur du gendarme. Mais le gendarme n’est pas le même que l’on soit né en Europe, en Afrique ou en Asie. N’est-ce pas ? Ainsi, on ne peut parler de culpabilité sans d’abord évaluer la « peur du gendarme » ou « situation environnementale et culturelle ». Plutôt que de parler de culpabilité comme d’un sentiment, il faut considérer les dispositifs de récompense et de punition qui existent dans votre parcours commercial, les émotions qui en découlent, et la  manière dont vous les gérez! Et vous savez quoi ? C’est très précisément ce que la méthode Montessori vous propose de travailler.

Modifier le comportement lié à la récompense ou la punition (sentiment très ancré chez les occidentaux culturellement ou pratiquants catholiques), modifier votre regard sur l’échec et vous franchirez la première étape vous permettant de sortir du cycle binaire et enfin d’ exploiter la crainte, la culpabilité et la peur comme des éléments de réussite ! [/protected]

Ainsi, gardez en mémoire, quelque soit la situation, que La Course est Constante, le Travail Primordial.

Cordialement,

Votre Acco Préféré.

Harald BRAHA