Capacité de projection : une question de point de vue

Projection mentale - Une question de point de vue

Lundi vers 18h30,

Au volant de ma voiture, un collègue à mes côtés…

Nous venions de passer une journée riche en enseignement pour chacun. Le sourire scotché à nos visages (j’attache beaucoup d’importance à l’humour), les clients avaient répondu présent et par voie de conséquence, c’est tout de suite plus sympathique pour aborder une nouvelle semaine. Dans ce moment de détente, une question surgit et ne manqua pas d’évoquer chez moi un écho :

« Avant d’entrer en rendez-vous, est-ce que tu te projettes ? Est-ce que tu entres en rendez-vous en te disant : je vais réussir, je vais faire signer ce prospect ? »

Sans vouloir tomber dans l’acharnement du vendeur aux dents longues (surtout pour le néophyte), tout n’est qu’une question de point de vue…

Point de vue, vous avez dit point de vue…?

Je m’explique: en formation, comme Bernard Werber dans son cycle des Fourmis, j’aime de temps à autre utiliser et réunir des oppositions dans une phrase comme « le relatif et l’absolu » !

Cette remarque passe relativement inaperçue et soulève rarement des questions. Pourtant, je place cette petite phrase assassine afin de trouver une résonance chez certains et repérer les esprits alertes. Pour ceux qui suivent cette dynamique, j’évoque alors les propriétés holistiques du – point de vue -. Je sors alors de ma poche un objet quelconque et mime avec l’autre main un mouvement de caméra. Si la caméra est à l’arrêt, l’image liée à l’objet est fixe et a des particularités bien précises. D’autre part, si je remets en mouvement la caméra et l’arrête de nouveau, les perceptions de profondeur, hauteur, largeur etc. ont littéralement changés alors que l’objet en soi n’a pas bougé d’un iota.

La projection mentale : oui mais…

Je me sers de cet exemple physique et matériel pour illustrer la question de point de vue et la perception de la réalité (sujet abordé ici dans filtre perceptuel). En admettant le principe perceptuel, il est tout de suite beaucoup plus simple de comprendre l’importance de la projection mentale. Sans revenir sur l’importance de la préparation nécessaire à un dialogue de vente, la projection mentale doit impérativement être accompagnée d’une émotion, vous permettant ainsi de mieux ressentir la projection, d’inscrire plus durablement les effets de celle-ci et donc de mieux palper les effets de la réussite.

Sans tomber dans un blabla métaphysique lié à l’énergie interstellaire d’un gourou (comme certains coachs auto proclamés), le fait de lier la projection et l’émotion reste toutefois stérile si vous n’y joignez pas un plan d’action concret, les stratégies possibles, et donc en résumé faire votre gymnastique d’anticipation.

De l’optimisme au plaisir:

Pour mieux imager la chose, parlons de l’optimisme : qualité intrinsèque de l’être humain quoi qu’on en dise. L’optimisme est un outil de projection se révélant extrêmement intéressant et ôô combien louangé par mes confrères à un détail près : si la projection mentale optimiste ne s’accompagne pas d’un plan réaliste et concret, la projection restera purement et simplement de l’ordre de la spéculation ! Tenez-le vous pour dit !

Pour conclure, oui je projette, oui j’anticipe, mais surtout, oui je visualise un échange positif et ce que le rendez-vous soit signé ou non,  pour une raison toute simple : le plaisir ! Vous ne pourrez évoluer favorablement que si vous éprouvez du plaisir dans tout ce que vous entreprenez ! Le plaisir se partage, s’échange, se donne… et dynamise le relationnel (pour les mauvais esprits : non je n’aborde en rien la sexologie hein…). Le plaisir est la pierre angulaire de votre métier, et ce, quel qu’il soit.  Le plaisir est la condition unique de votre réussite.

Enfin gardez en mémoire que…

La course est constante, le travail primordial.

Bien Cordialement vôtre,

Votre Acco Préféré.

Harald BRAHA

3 thoughts on “Capacité de projection : une question de point de vue

Comments are closed.